L'Agriculture intelligente face au changement climatique : une stratégie de lutte contre l’insécurité alimentaire et le changement climatique à l’échelle mondiale
LNRPV lnrpv

L'Agriculture intelligente face au changement climatique : une stratégie de lutte contre l’insécurité alimentaire et le changement climatique à l’échelle mondiale

ccafs-ngouyeL’insécurité alimentaire et le changement climatique ont enfin ramené l’agriculture sous les feux de la rampe du débat international sur le développement. Pour que tout le monde puisse manger à sa faim, la productivité des terres agricoles actuelles doit augmenter, le pouvoir d’achat de ceux qui sont dans le besoin doit progresser et l’agriculture doit être durable sur le plan écologique. Il est urgent de mettre en place une agriculture intelligente face au changement climatique, qui mette l’accent sur l’accroissement de la productivité, l’amélioration de la résilience et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Garantir la sécurité alimentaire face au changement climatique est un des principaux défis du 21ème siècle. En 2010, environ 965 millions de personnes souffraient d’insécurité alimentaire dans le monde, soit environ 16 pour cent de la population des pays en développement. La population mondiale devrait passer de sept milliards aujourd’hui à plus de neuf milliards d’ici à 2050 et cet accroissement devrait entraîner un besoin d’alimentation plus variée nécessitant l’exploitation de ressources supplémentaires. La course aux terres, à l’eau et à l’énergie va s’intensifier dans un souci de répondre aux besoins d’aliments, de combustibles et de fibres alors que la mondialisation peut exposer encore plus le système alimentaire aux aléas des forces économiques et politiques. Selon les estimations, la production alimentaire mondiale doit augmenter de 70 à 100 pour cent d’ici à 2050 pour répondre à la demande humaine.


L’agriculture est également très exposée au changement climatique et, plus que tout autre grand secteur économique, elle a besoin de s’y adapter. Selon les projections optimistes basses du réchauffement de la planète, le changement climatique peut réduire les rendements de 10 à 20 pour cent. La hausse des températures et la diminution des précipitations réduisent déjà les rendements de céréales et autres cultures primaires dans de nombreuses parties des vastes régions tropicales semi-arides où vivent un trop grand nombre de pauvres. La fréquence accrue des périodes de sécheresse et des inondations, ainsi que la prolifération des parasites, peut également entraîner une instabilité des rendements et une forte augmentation des prix des principales cultures vivrières.

La dépendance directe de l’agriculture aux ressources naturelles a toujours été une caractéristique majeure du secteur. L’agriculture utilise environ 70 pour cent de l’eau douce disponible sur la planète et 40 pour cent de la superficie mondiale des terres. Les formes conventionnelles de production agricole sont souvent peu durables et, avec le temps, elles épuisent les ressources naturelles dont la production dépend. Aujourd’hui plus que jamais, nous savons non seulement que le climat est important pour l’agriculture mais également que l’agriculture a une importance énorme pour le climat. L’agriculture est la première source mondiale d’émissions de méthane et de protoxyde d’azote, une source importante d’émissions de carbone et le principal facteur mondial de déforestation. Ainsi, l’agriculture est un élément majeur du changement climatique – environ 30 pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont attribuables à l’agriculture et à la déforestation motivée par l’expansion des cultures et de la production animale pour l’alimentation, les combustibles et les fibres.

Trois problèmes, une solution collective
Le triple impératif d’accroissement de la productivité, d’amélioration de la résistance au changement climatique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre exige de nouvelles pratiques regroupées sous l’appellation agriculture intelligente face au changement climatique (climate-smart agriculture – CSA). La CSA cherche à accroître la productivité d’une manière écologiquement et socialement durable, à renforcer la résistance au changement climatique et à réduire la contribution de l’agriculture au changement climatique en diminuant les émissions des gaz à effet de serre et en augmentant le stockage du carbone dans le sol. La CSA s’attaque simultanément aux problèmes de l’insécurité alimentaire et du changement climatique. C’est un élément vital de la croissance verte qui cherche à opérationnaliser le développement durable en conciliant la nécessité d’assurer une croissance rapide et de réduire la pauvreté avec celle d’éviter des dommages environnementaux irréversibles et coûteux. Les stratégies CSA incluent l’amélioration des technologies, l’innovation, une l’utilisation efficace de la terre, de l’eau, de l’énergie et d’autres intrants sur le plan des ressources, une amélioration de l’accès aux informations et aux infrastructures, la disponibilité d’outils efficaces de gestion des marchés et des risques (voir encadré).